Logo RHéponses

La gestion des risques psychosociaux

Limitez vos risques pénaux : Former votre structure à gérer les risques psychosociaux c’est oeuvrer pour l’amélioration du climat social, des conditions de travail, de la productivité et de la qualité, mais aussi pour la réduction du stress, de l’absentéisme ou encore la fidélisation de vos collaborateurs.

La facture salée des risques psychosociaux

Les Risques Psychosociaux préoccupent les entreprises à plusieurs titres. On entend par RPS le stress, le mal-être au travail, le burn out mais aussi la violence au travail, le suicide, le harcèlement…

Notre formation de sensibilisation aux risques psychosociaux peut vous aider à le repérer, la formation de prévention et de gestion des risques psychosociaux à le gérer efficacement, ainsi Les RPS représentent des coûts directs comme indirects colossaux : absentéisme, arrêts de travail, baisse d’implication et de productivité, démotivation, gel de la créativité, travail dégradé, conflits sociaux et tensions syndicales, détérioration de l’image de l’entreprise comme ce fut le cas chez France Télécom, Renault, Peugeot ou encore Sodexo.

Les RPS sont aussi une question de responsabilité pénale ; celle du dirigeant et de ses cadres qui se doivent de mettre en place une politique de gestion des risques psychosociaux. A ce titre, nous pouvons aussi vous accompagner dans la rédaction de votre accord sur la pénibilité au travail.

Les entreprises ne sont pas les seules à se préoccuper des risques psycho-sociaux, les institutions nationales en charge de la santé au travail (ANACT, CARSAT, INRS, CNRS…) concentrent leurs efforts pour tenter de réduire une facture annuelle estimée à plus de 55 milliards d’euros en Europe.

Une méthode innovante issue de la recherche pour la gestion des risques psychosociaux

Penser les risques psychosociaux comme des problématiques objectivables trouvant leurs solutions dans une méthodologie éprouvée par le monde scientifique vient rompre avec l’offre existante considérée comme parfois trop floue ou trop couteuse.

RHéponses prend en compte la souffrance individuelle au travail et de s’en servir comme d’un levier pour améliorer l’organisation au travail. Les accidents d’organisation que nous pouvons tous commettre dans nos structures par manque de temps ou par souci d’efficacité sont « détricotés » par un cheminement précis nous permettant de revenir à la source du véritable problème. Les malaises exprimés trouvent alors réponse dans des solutions concrètes et pérennes auxquelles partenaires sociaux, salariés et direction sont partie prenante.

L’approche proposée par RHéponses vise à « désacraliser » les risques psychosociaux et à acquérir une méthode simple permettant de se passer rapidement d’une aide extérieure.

Aurélie PAIN, Dirigeante du Cabinet RHéponses, est membre associée au CNRS et plus particulièrement au Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP).

Acquérir des outils concrets, pragmatiques et efficaces

RHéponses part du principe que le risque psychosocial est un risque comme un autre. Se former à une gestion des risques psychosociaux doit être pragmatique, dépassionné et concret.
Vos stagiaires auront à l’issue de la formation des outils efficaces pour prévenir et gérer les risques psychosociaux.
Le cabinet détermine avec vous, et avant toute intervention, votre problématique en matière de risques psychosociaux par le biais notamment d’un questionnaire RPS et vous propose un plan de formation sur-mesure.

Impliquer les managers tout en faisant une place centrale aux partenaires sociaux.

Les managers sont trop souvent pris au dépourvu face aux risques psychosociaux qu’ils maitrisent peu. Culpabilisés, manquant de temps et parfois tiraillés entre les objectifs et les contraintes de leur poste, les managers se sentent isolés face à ce risque.

La formation leur rend la place nécessaire et leur procure des outils permettant de dégager des marges de manoeuvre et d’affuter leur vigilance face à ce type de risque.

Les partenaires sociaux ne sont pas oubliés puisqu’ils sont au coeur de la démarche de prévention. La CGT a d’ailleurs financé une partie de l’effort de recherche permettant la mise en place de cette méthodologie innovante.